Pas de tapis rouge à l’extrême-droite brésilienne ! / Não à extrema direita do Brasil!

FRANÇAIS / PORTUGUÊS

Communiqué

Ce mercredi 5 juin a eu lieu, au ministère de l’Économie, le VIe Forum économique France-Brésil, organisé par MEDEF international, avec des représentants du gouvernement de Jair Bolsonaro et des élites patronales qui ont soutenu sa campagne. Cet événement, qui promouvait auprès des entreprises françaises les « opportunités économiques » offertes par la politique du gouvernement d’extrême-droite de M. Bolsonaro et qui figure dans la programmation de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes organisée sous l’égide du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est déroulée à huis clos, aucun journaliste n’ayant eu l’autorisation d’y assister, chose « inhabituelle » selon les propres mots du service de presse du Ministère de l’Économie.

La mobilisation de plus d’une vingtaine d’ONG, de collectifs et d’associations, en France, en Allemagne, en Belgique, en Suisse et aux États-Unis a permis de révéler et de dénoncer la tenue de ce forum qui constitue une inacceptable légitimation de la politique de destruction de l’environnement, de violations des droits des peuples indigènes, de criminalisation des mouvements sociaux et de destruction des droits sociaux menée par l’actuel pouvoir brésilien.

Il est par ailleurs plus que paradoxal que sous la présidence de M. Macron, se présentant comme un rempart contre l’extrême-droite et un chantre de l’écologie, un tel événement puisse avoir lieu au sein d’un ministère de la République française. La tribune publiée dans Libération, la pétition en ligne (« Ne laissons pas Bercy dérouler le tapis rouge à l’extrême-droite brésilienne ») qui a jusqu’ici recueilli près de 7000 signatures signatures ainsi que l’organisation d’une manifestation devant Bercy ne sont sans doute pas étrangères à la disparition du nom de la secrétaire d’État à l’économie, Agnès Pannier-Runacher, dans la programmation (voir L’Opinion, 05/06/2019).

Cette mobilisation, qui est dans la lignée de celles des New Yorkais.e.s (collectif BRADO NY) qui, en avril, ont réussi à faire annuler une cérémonie en l’honneur de Jair Bolsonaro qui devait avoir lieu dans cette ville, n’est qu’un début ; elle montre la détermination de citoyen.ne.s qui, à travers le monde, n’acceptent pas qu’au nom d’intérêts économiques soient bafoués les valeurs de la démocratie, les droits humains et la défense de l’environnement.

Organisé par le collectif Alerte France Brésil, RED.br (Le Réseau Européen pour la Démocratie au Brésil) et France Amérique Latine (FAL) avec le soutien du Comité Lula (LiberezLula.org) e POID (Parti Ouvrier Indépendant Démocratique).

PORTUGUÊS

Comunicado

Nesta quarta-feira, 5 de junho, realizou-se, no Ministério da Economia, em Paris, o VI Fórum Econômico França-Brasil. Organizado pelo MEDEF Internacional, reuniu representantes do governo de Jair Bolsonaro e elites patronais que apoiaram sua campanha. O evento, que alardeava às empresas francesas “oportunidades econômicas” oferecidas pela política do governo de extrema direita do Sr. Bolsonaro, e contidas no programa da América Latina Week e Caribe promovido sob a égide do Ministério dos Assuntos europeus e estrangeiros, aconteceu a portas fechadas. Nenhum jornalista foi autorizado a comparecer – algo “incomum”, nas próprias palavras da assessoria de imprensa do Ministério da Economia.

A mobilização de mais de vinte ONGs, coletivos e associações na França, Alemanha, Bélgica, Suíça e Estados Unidos, dentre as quais o Red-Br, permitiu expor e denunciar esse Fórum, que legitima, de maneira inaceitável, a política de destruição do meio ambiente, as violações dos direitos dos povos indígenas, a criminalização dos movimentos sociais e a destruição dos direitos sociais pelo atual mandatário brasileiro.

É também irônico e paradoxal o fato de que, sob a presidência do Sr. Macron, posando como ícone anti-extrema direita e referência em assuntos de ecologia, um evento desses possa ocorrer no seio de um ministério da República francesa.

A tribuna publicada no Libération, a petição online (“Não ao tapete vermelho de Bercy à extrema direita do Brasil!”), que até agora já recolheu 7.000 assinaturas, e uma manifestação em frente a Bercy, contribuíram sem dúvida para que o nome da Secretária de Estado da Economia, Agnes Pannier-Runacher, desaparecesse da programação do encontro.

Essa mobilização, ao lado da dos/as novaiorquino/as (coletivo BRADO NY) , que em abril conseguiram derrubar uma cerimônia em homenagem a Jair Bolsonaro que seria realizada naquela cidade, é apenas o começo. Ela mostra a determinação das pessoas que, ao redor do mundo, não aceitam que, em nome de interesses econômicos, sejam violados valores da democracia, dos direitos humanos e da proteção ambiental.

Fora Bolsonaro, Liberdade para Lula! O Brasil nao esta à venda, nao façam negocios com Bolsonaro, lutemos contra o golpe de estado no Brasil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.